29

Portant ils étaient jeune

Envoyé loin pour mourir

Tiré sous par des canons

Oublient leurs désirés

 

Plient sous les ordres

Bousculée par des chocs

Dans le boue la désordre

Des rats qui sont moque

 

L’eau stagne a côte du corps

Yeux vidés camarades sanglots

Chaussures pleins,morale n’était pas fort

Dans nos coeurs que des regrets

 

Éboueurs des âmes sensibles

Fusils prêts à ciblée

Quelle tâche pénible

Pour les criblés

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s